Dolutégravir + 3TC comme traitement d’entretien : une étude pilote | CATIE - La source canadienne de renseignements sur le VIH et l'hépatite C
TraitementActualités
224

janvier 2018 

Dolutégravir + 3TC comme traitement d’entretien : une étude pilote

Le dolutégravir (Tivicay et dans Triumeq) est un inhibiteur de l’intégrase puissant qui est à l’étude dans le cadre de régimes thérapeutiques simplifiés consistant en deux médicaments seulement. L’objectif de ces régimes est de maintenir la suppression virale chez des personnes ayant déjà utilisé une combinaison comportant trois médicaments anti-VIH.

Des chercheurs aux États-Unis ont mené une étude pilote randomisée de 48 semaines (dénommée Aspire) sur le dolutégravir en association avec l’analogue nucléosidique 3TC contre le régime TAR actuel de personnes ayant une charge virale de moins de 50 copies/ml. L’étude a révélé que la combinaison dolutégravir-3TC avait une efficacité semblable à celle du TAR standard consistant en trois médicaments. Des études de plus grande envergure sont prévues pour mieux évaluer l’efficacité et l’innocuité de la combinaison dolutégravir-3TC à titre de traitement d’entretien.

Détails de l’étude

Les chercheurs ont évalué les données recueillies auprès de 89 participants qu’ils avaient répartis au hasard pour recevoir soit le régime dolutégravir-3TC (44 personnes) soit leur TAR standard continu (45 personnes). Le profil moyen des participants lors de leur admission à l’étude était le suivant :

  • âge : 47 ans
  • 88 % d’hommes, 12 % de femmes
  • compte de CD4+ : 680 cellules/mm3

Les participants n’avaient pas les caractéristiques suivantes :

  • antécédents d’échec virologique après avoir suivi leur régime précédent pendant plus d’un an
  • VIH résistant à 3TC, à d’autres analogues nucléosidiques ou aux inhibiteurs de l’intégrase
  • co-infection au virus de l’hépatite B (VHB)

Résultats

Voici la répartition des taux de succès virologique, c’est-à-dire les proportions de participants dont la charge virale était encore supprimée (moins de 50 copies/m) à la semaine 24 :

  • dolutégravir-3TC : 93 %
  • TAR standard continu : 91 %

Les taux de suppression virale à la semaine 48 étaient les suivants :

  • dolutégravir-3TC : 91 %
  • TAR standard continu : 89 %

Dans l’ensemble, 92 % des participants ont déclaré avoir maintenu une observance thérapeutique parfaite.

Les comptes de cellules CD4+ ont augmenté comme suit :

  • dolutégravir-3TC : gain de 38 cellules/mm3
  • TAR standard continu : 28 cellules/mm3

Autres résultats

En général, les participants du groupe dolutégravir-3TC ont connu des changements minimes dans leurs taux de lipides (cholestérol, triglycérides) et leurs mesures de la santé rénale.

Les participants ont obtenu des résultats anormaux graves aux tests de laboratoire dans les proportions suivantes :

  • dolutégravir-3TC : quatre personnes, soit deux cas de glycémie supérieure à la normale, un cas de mauvais cholestérol anormal (LDL-C) et un cas d’enzymes hépatiques élevées (ALT)
  • TAR standard continu : trois personnes, dont chacune avait un taux élevé du produit de déchets bilirubine dans son sang

Étant donné la faible envergure de cette étude, il n’est pas possible d’affirmer si les anomalies de laboratoire signalées par rapport aux participants recevant le régime dolutégravir-3TC ont été causées par ces médicaments.

Aucun symptôme neuropsychiatrique n’a été signalé par les participants, peu importe le régime utilisé.

À retenir

Dans cette étude randomisée, l’utilisation de la combinaison dolutégravir-3TC comme traitement d’entretien s’est révélée comparable au TAR standard en ce qui concerne l’efficacité et l’innocuité. Cependant, il s’agit ici d’une petite étude dont les résultats ne sont pas définitifs. Il reste que ces résultats confirment le bien-fondé des études plus grandes prévues pour mieux comprendre les effets de la combinaison dolutégravir-3TC.

—Sean R. Hosein

RÉFÉRENCE :

Taiwo BO, Zheng L, Stefanescu A, et al. ACTG A5353: A pilot study of dolutegravir plus lamivudine for initial treatment of HIV-1-infected participants with HIV-1 RNA < 500,000 copies/mL. Clinical Infectious Diseases. 2018; in press.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Nous souhaitons connaître votre opinion.