Connectons nos programmes

Le programme d’éducation, de sensibilisation et de marketing social ethnoculturels lié à l’hépatite C : Traduction et lecture critique 

CATIE
Ontario
2015

La traduction constitue souvent un énorme obstacle pour les organismes souhaitant offrir des services à de nouvelles populations au sein de leur communauté. Elle nécessite beaucoup de temps, de ressources, d’adaptation et d’erreurs et d’échecs. Pour le programme d’éducation, de sensibilisation et de marketing social ethnoculturels lié à l’hépatite C de CATIE, plus d’un an a été nécessaire pour que CATIE trouve des traducteurs compétents en chinois simplifié, pendjabi, ourdou et tagalog, qui soient capables de produire des textes en un langage précis et accessible afin de renseigner les personnes provenant des quatre communautés prioritaires au sujet de l’hépatite. Pour une description complète du programme, veuillez consulter l’étude de cas.

Pour trouver des traducteurs

CATIE a entrepris ce processus en établissant des liens avec des organismes bien établis qui travaillent auprès des populations d’immigrants (comme l’organisme Access Alliance Health and Multicultural Services et l’Ontario Council of Agencies Serving Immigrants à Toronto) et auprès d’organismes ayant la réputation d’offrir de bons renseignements sur la santé en différentes langues (comme le Sexuality Education Resource Centre [SERC]). CATIE a demandé à ces organismes de l'information sur leurs processus pour la traduction et la lecture critique et sur les traducteurs qu'ils utilisaient.

Avant d’engager des traducteurs, CATIE leur a fait subir un test en utilisant un document qui contenait de l’information sur l’hépatite C, des termes médicaux, du langage technique et de l’information sur les relations sexuelles et la consommation de drogues ou d’alcool. Ce document était essentiellement un « long brouillon » contenant une grande partie du contenu que CATIE envisageait d’utiliser pour le site Web et les ressources imprimées. Les lecteurs critiques médicaux et communautaires ont aidé à juger de la qualité des traductions. La rétroaction des lecteurs critiques de CATIE a déterminé si le document devait être entièrement traduit à nouveau ou s’il pouvait être révisé après quelques discussions plus approfondies et utilisé dans le travail éducatif du programme. Les traducteurs qui réussissaient bien ces évaluations étaient ajoutés à une liste de traducteurs compétents pour ce projet.

Le processus de traduction

Les versions finales de tous les documents utilisés dans les campagnes et les ressources du Programme d’éducation, de sensibilisation et de marketing social ethnoculturels lié à l’hépatite C de CATIE sont rédigées en anglais et ensuite traduites en quatre langues (en chinois simplifié, pendjabi, ourdou et tagalog) par les traducteurs sélectionnés. Chaque traduction est soumise à une révision médicale afin de s’assurer que la langue et les explications sont exactes. Puis, elle est soumise à une révision communautaire pour s’assurer que le langage est accessible. Une partie de cette révision consiste à évaluer le niveau de lecture, à s’assurer que des termes péjoratifs n’ont pas été utilisés et que le texte est neutre sur le plan du genre dans la mesure du possible. Ensemble, ces lecteurs critiques évaluent la qualité des traductions faites par les traducteurs de CATIE.

Par le biais de ses partenaires communautaires ainsi qu’à l’aide de son réseautage dans le domaine de l’aide à l’établissement, CATIE a trouvé et demandé à des médecins travaillant auprès des nouveaux arrivants de servir de lecteurs critiques médicaux. Les lecteurs critiques communautaires, quant à eux, étaient souvent des fournisseurs de services de première ligne travaillant dans le domaine des services d’aide à l’établissement ou des soins de santé, et, par la suite, certaines de ces personnes ont travaillé sur le projet à titre d’animateurs bilingues. Les premiers lecteurs critiques médicaux et communautaires étaient des membres des premiers conseils consultatifs communautaires de CATIE. D’ailleurs, grâce à leur importante contribution au programme, ces derniers ont aidé à établir des partenariats communautaires et à déterminer l’orientation du projet. CATIE maintient une liste permanente de traducteurs et de lecteurs critiques pour toutes les langues dans lesquelles CATIE travaille actuellement.

La stigmatisation et le langage

L’hépatite C est une maladie stigmatisée, qui est souvent associée à la consommation de drogues et au travail du sexe. Le langage utilisé pour parler de la consommation de drogues ou d’alcool, de la sexualité et des actes sexuels est souvent péjoratif, et il est fréquemment utilisé de façon telle que les membres d’une communauté pourraient penser que l’hépatite C est une maladie qui ne touche que certains types de personnes, perpétuant ainsi la stigmatisation associée à l’hépatite C et à la consommation de drogues et d’alcool. Dans son travail avec ses traducteurs et ses conseils consultatifs, CATIE a bien précisé que le langage utilisé pour décrire la consommation de drogues et d’alcool et les relations sexuelles devait être neutre, que l’information sur la santé était importante pour tout le monde et que la documentation du programme aurait probablement plus d’impact si les personnes n’éprouvaient pas de honte.

Le processus de traduction

CATIE se sert d’un processus en 11 étapes pour traduire les documents utilisés dans le projet sur l’hépatite C :

  1. La traduction – La version finale en anglais est envoyée à un traducteur approuvé.
  2. Première lecture critique médicale – Elle est effectuée par un médecin travaillant auprès des nouveaux arrivants, dans la mesure du possible.
  3. Première lecture critique communautaire – Elle est effectuée par un travailleur de première ligne provenant d’un de nos partenaires communautaires ou par nos animateurs.
  4. Révision – Les commentaires sont envoyés au traducteur qui apporte les modifications nécessaires au texte. À cette étape, les traducteurs justifient souvent les premiers termes choisis (cette action détermine les parties du texte où le langage semble subjectif et qui nécessitent des explications).
  5. Deuxième lecture critique médicale – si le traducteur n’a pas accepté toutes les modifications proposées par les lecteurs critiques, le lecteur critique médical discute souvent du choix de ses mots avec le lecteur critique communautaire ou l’un des animateurs et décide du meilleur terme à utiliser.
  6. Deuxième lecture critique communautaire — Inclut une discussion/des remarques avec un autre lecteur critique ou un animateur quant au choix des mots proposés dans les modifications qui n’ont pas été acceptées par le traducteur. Si le lecteur critique médical estime que le terme/l’explication est exact, il revient au lecteur critique communautaire de décider quel terme est le plus accessible.
  7. Deuxième révision – les modifications additionnelles sont envoyées au traducteur pour la traduction finale.
  8. La traduction finale est envoyée pour être mise en page de façon provisoire.
  9. La mise en page est révisée par les lecteurs critiques médical et communautaire.
  10. Le document est envoyé en impression ou téléchargé en tant que version préliminaire sur le site Web.
  11. Les épreuves de l’imprimeur ou la version préliminaire du site Web sont soumises aux lecteurs critiques communautaires pour une dernière révision de la langue et de la mise en forme.

Un langage en constante évolution

Dans ce domaine de travail, le langage est en constante évolution. Les discussions concernant le choix des termes sont habituellement subjectives et peuvent parfois être sans fin. En dernier ressort, CATIE a choisi de chercher le leadership communautaire du personnel de première ligne travaillant directement dans chaque communauté afin d’identifier ce qui constitue un langage accessible et approprié. Le développement et l’approbation à un rythme effréné des nouveaux traitements contre l’hépatite C nécessitaient que l’information soit mise à jour chaque année. Il se peut que même les services de traduction bien établis n’aient peut-être pas de fortes capacités dans toutes les langues du projet. L’approche par erreurs et échecs pour trouver un bon traducteur qui comprend les valeurs associées au projet et l’approche à l’égard du travail de l’équipe du projet en vaut la peine.

Le choix des polices de caractères (en version imprimée et en ligne)

Pour toutes les langues, il a été difficile de déterminer les polices de caractères qui convenaient le mieux et plusieurs essais ont souvent été nécessaires pour s’assurer que tout apparaîtrait correctement dans chaque format.

En version imprimée, cela signifiait que nous devions trouver des polices de caractères pouvant être utilisées dans Adobe InDesign et qui y seraient lisibles. Le concepteur de CATIE devait aussi utiliser des modules d’extension qui pouvaient gérer les langues se lisant de la droite vers la gauche.

Plusieurs essais ont été nécessaires en travaillant en ligne avec les polices de caractères Unicode1 et l’affichage des langues à caractères non romains (comme l’écriture arabe, kanji et d’autres systèmes d’écriture) afin que le contenu apparaisse correctement.

Même si le travail principal de CATIE dans ce programme se faisait dans quatre communautés, CATIE a également traduit des ressources clés dans six autres langues, en plus de l’anglais et du français. Voici les polices de caractères que nous utilisons dans les versions imprimées et en ligne :

Hindi : Arial Unicode

Pendjabi : Raavi (en ligne), DRChatrik (en version imprimée)

Ourdou : Jameel Noori Nastaleeq (en version imprimée), Arial Unicode (en ligne)

Tamil : Arial Unicode. La première traduction a été faite en encodage, appelé Bamini qui devait être converti à l’aide d’un outil Unicode en ligne pour être utilisé sur notre site Web. Les corrections de nos lecteurs critiques sont également encodées en Bamini et doivent être converties en Unicode pour être téléchargées en ligne.

Bengali : Vrinda.

Tagalog : N’importe quelle police de caractères romains fonctionne.

Vietnamien : Arial Unicode.

Espagnol : N’importe quelle police de caractères romains fonctionne.

Chinois simplifié : Arial Unicode

Arabe : Lateef (en version imprimée), Arial Unicode (en ligne)

Ajout de langues

Depuis 2011, le nombre de langues que CATIE inclut sur son site Web d’information sur l’hépatite C est passé à 11 langues, en plus de l’anglais. Pour déterminer quelles langues doivent être ajoutées, CATIE tient compte du travail antérieur des projets nationaux liés à l’hépatite C au sein des communautés d’immigrants (comme le travail du Conseil ethnoculturel du Canada), de l’épidémiologie de l’hépatite C à l’échelle internationale et des tendances actuelles en immigration et dans les sous-groupes en Ontario, ainsi que de l’information recueillie lors des réunions avec différents organismes d’aide à l’établissement et dans des régions spécifiques de l’Ontario.

De l’information en ligne est actuellement disponible en anglais, en français, en arabe, en ourdou, en bengali, en pendjabi, en hindi, en tamil, en chinois simplifié, en tagalog, en vietnamien et en espagnol.

  • 1. Une norme d’encodage internationale utilisée avec différentes langues et messages informatisés, dans laquelle chaque lettre, chiffre ou symbole est assigné à une valeur numérique unique qui s’applique à travers différentes plateformes et différents programmes.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.