Vision positive

été 2011 

Louise Binder (printemps 2003)

61 ans
Travailleuse militante bénévole en faveur de changements systémiques
Toronto
« J'ai reçu mon diagnostic en 1994, mais j'ai été infectée six ou sept ans avant cela. »
Compte de CD4 : 860
Charge virale : indétectable

« Femme séropositive se consacrant à la cause des droits de la personne. »

Faites-vous face à des enjeux particuliers en ce qui a trait au VIH ou à votre traitement?
Bien sûr. Depuis que j'ai été infectée, je souffre de colite chronique et les médicaments contribuent à l'inflammation. Je prends des acides aminés et lorsque ça va vraiment mal, je prends du Pepto Bismol. J'essaie de surveiller ce que je mange. Je dois m'injecter du Fuzeon deux fois par jour et ce n'est pas une partie de plaisir à cause des bleus et des bosses que les piqûres engendrent. Mais c'est un bon médicament, donc je suis prête à supporter tout ça. Je souffre de neuropathie périphérique dans les pieds, mais c'est comme ça, on n'y peut rien. Lorsque je prends mes médicaments, je suis toujours un peu nauséeuse, j'essaie donc de prendre ma dose matinale en mangeant et je prends le reste juste avant de me coucher. Les médicaments affectent aussi mes os : je souffre d'ostéopénie, et je dois donc prendre beaucoup de calcium sur ordonnance et subir régulièrement des tests de densité osseuse… le lot habituel de rouspétage et de chialage, quoi!

Depuis 2003, lorsque vous êtes apparue en page couverture de notre numéro sur les femmes, qu'est-ce qui, selon vous, a changé pour les femmes vivant avec le VIH?
On comprend mieux la différence entre les hommes et les femmes et, par conséquent, le besoin de se pencher sur le traitement et la prévention chez les femmes avec cette optique en tête. Tout le monde ne fait pas cette différence, mais au moins maintenant, on reconnaît qu'une différence existe. Nous sommes enfin prises en compte, en termes de recherche et dans la façon dont les médecins nous traitent.

Qu'est-ce qui a changé pour vous personnellement?
J'ai suivi une psychothérapie et je fais maintenant les choses que je veux faire, sans ressentir le besoin de faire plaisir à personne d'autre. J'aime toujours aider les autres, mais je n'ai pas besoin de leur faire plaisir. Le fait d'avoir un homme dans ma vie constituait auparavant un marqueur très important de ma valeur personnelle, mais maintenant, ça m'est complètement égal. Il y a eu d'importants changements du côté de mon estime, des choses que j'apprécie dans la vie ainsi que dans la façon dont j'évalue ma valeur personnelle.

Comment décririez-vous cette époque du sida?
Décevante.

Dans 10 ans…
Je gérerai mes propres entreprises, écrirai des livres et tournerai des films.

Quelle chanson représente la piste sonore de votre vie?
« Like a Bird on a Wire » de Leonard Cohen.

 

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.