Vision positive

été 2011 

Tracey Conway (printemps 2003)

43 ans
Sault Ste Marie, Ontario
Vit avec le VIH depuis 1998
Compte de CD4 : environ 980
Charge virale : indétectable

« Une défenseuse des soins de santé améliorés pour les femmes et les enfants à risque ainsi que pour un meilleur accès aux soins de santé en général au sein des communautés rurales. »

Comment décririez-vous votre santé en général?
Ma santé générale est bonne, je prends toutefois des antidépresseurs et je dois surveiller mon taux de cholestérol et de calcium, tout ce qu’il y a de plus normal quand on vieillit.

Faites-vous face à des enjeux particuliers en ce qui a trait au VIH ou à votre traitement?

Les plus gros enjeux sont la stigmatisation et la discrimination continues de la part des personnes sans instruction et intolérantes. Je le constate beaucoup chez les personnes travaillant dans les services sociaux. Plusieurs de ces soi-disant professionnels ont encore des croyances archaïques au sujet du VIH et font des suppositions préjudiciables lorsqu’ils s’occupent de personnes vivant avec le VIH.

Depuis que vous êtes apparue en page couverture de notre numéro consacré aux femmes en 2003, qu’est-ce qui, selon vous, a changé pour les femmes vivant avec le VIH?
L’un des plus gros changements pour les femmes vivant avec le VIH est la possibilité de mener une vie productive et bien remplie, c’est-à-dire d’avoir une relation amoureuse, des enfants et de pouvoir planifier son avenir.

Avez-vous fait face à de gros changements dans votre vie depuis votre apparition en page couverture?
J’ai donné naissance à ma fille, Leah Cassandra. Lorsque j’ai reçu mon diagnostic, je pensais que je mourrais de façon imminente. Je ne pensais jamais qu’un jour j’aurais des relations sexuelles, et encore moins que j’accoucherais d’un bébé en santé. Ma fille est une formidable source d’inspiration dans ma vie.

En ce qui a trait à mon traitement, une amélioration notable a été de passer à un schéma thérapeutique d’une dose quotidienne unique. Je n’ai plus à prendre une tonne de comprimés et je risque donc moins de manquer une dose.

Au cours de la dernière année, j’ai suivi beaucoup de séances de counseling et de découverte de moi-même pour pouvoir aller de l’avant et surmonter mes erreurs tout en apprenant à aborder la vie de façon plus saine. Je continue mon bénévolat dans le domaine de la lutte contre le sida, mais je fais maintenant aussi du bénévolat pour un programme pour enfants au sein du YMCA de notre quartier, je suis des cours de yoga et je m’implique régulièrement à l’école de ma fille.

Comment décririez-vous cette époque du sida?
Stagnante.

Dans 10 ans…
Je me vois encore engagée dans la recherche communautaire et le travail sur les enjeux spécifiques aux femmes, et je pense qu’à partir du domaine du VIH, je m’étendrais possiblement à celui des femmes à risque et des communautés isolées.

Quelle chanson représente la piste sonore de votre vie?
« Long May You Run » de Neil Young et « Beautiful » de Christina Aguilera.

 

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.