Vision positive

été 2012 

Nouvelles du front : Pour les Premiers Peuples

Trevor Stratton et Melissa Egan ont recensé des organismes qui favorisent la santé et le bien-être des Autochtones séropositifs.

 

All Nations Hope

Regina, Saskatchewan

Quand son programme de déjeuner se met en route, All Nations Hope déborde de gens. Ce petit organisme rassemble des personnes autochtones vivant avec le VIH et/ou l’hépatite C autour d’un repas et pour des ateliers spéciaux et des ­services de soutien. Depuis sa fondation en 1995, cet organisme autochtone de lutte contre le sida, le seul dans la Saskatchewan, n’a cessé d’étendre sa portée à travers la province.

All Nations Hope tisse des liens étroits avec tous ceux qui participent à ses programmes. Dès que l’on passe la porte, on est chaleureusement accueilli par Wesley Keewatin, le travailleur d’approche communautaire, et l’on ne peut s’empêcher de se sentir en famille. Wesley Keewatin sait même comment accueillir le nouveau venu le plus timide afin qu’il se sente à l’aise.

Au-delà de l’approche communautaire et de l’éducation sur le VIH et l’hépatite C, l’organisme propose aussi un groupe de femmes et un groupe d’hommes. Ces groupes utilisent des cercles de parole, des cérémonies ainsi que l’art et l’artisanat comme chemins menant à la guérison. La « Place » est un lieu sûr où l’on peut rencontrer des gens, manger un morceau ou boire une tasse de café, obtenir des vêtements propres ou tout simplement se détendre. Le programme offre aussi des rassemblements communautaires le vendredi après-midi, des séances trimestrielles d’aptitudes à la vie autochtone et une formation en leadership pour les jeunes.

www.allnationshope.ca
306.924.8424 / 1.877.210.7622

 

2-Spirited People of the 1st Nations

Toronto

L’ambiance trépidante de la rue Yonge, au centre-ville de Toronto, ne semble pas être le lieu idéal pour trouver un organisme qui accueille chaleureusement tant de personnes. Et pourtant, c’est bien là que vous trouverez Art Zoccole, le directeur général de ­2-Spirited People of the 1st Nations, entouré de son personnel dévoué. Ce groupe dynamique fournit des services aux personnes autochtones gaies, lesbiennes, bisexuelles et transgenres à Toronto depuis près de 20 ans. Le personnel est constitué d’un petit groupe de personnes passionnées (dont certaines sont impliquées depuis le tout début) qui s’assure que les membres trouvent ­toujours le soutien dont ils ont besoin. L’organisme comprend plus de 80 bénévoles qui conduisent les membres à leurs rendez-vous médicaux et à d’autres services et qui l’aident à collecter des dons vraiment nécessaires à travers la ville.

2-Spirits assiste les personnes récemment diagnostiquées avec le VIH : le coordonnateur de soins à la clientèle facilite l’accès aux services locaux, et des ­ateliers éducatifs ainsi qu’un travail d’approche lors d’évènements ­culturels pertinents promeuvent la sensibilisation et ­l’éducation. De plus, une personne de l’équipe de soins des Autochtones de Toronto est souvent disponible au bureau pour répondre aux questions. Le personnel aide aussi à aiguiller les clients vers des médecins qui ont une bonne connaissance du VIH et de la population autochtone.

www.2spirits.com
416.944.9300

 

Labrador Friendship Centre

Happy Valley-Goose Bay
Terre-Neuve-et-Labrador

Blotti dans la petite ville d’Happy Valley-Goose Bay qui est située sur la magnifique et sauvage côte Est du Canada, le Labrador Friendship Centre offre ses services aux habitants Métis, Inuit et Innus de la région depuis 1974. Le vibrant Projet de lutte contre le VIH/sida au Labrador du Friendship Centre a débuté en 2000 dans le but de remédier aux résultats de l’étude de surveillance VIH/sida au Labrador et de combler les lacunes de connaissances concernant le VIH au sein des collectivités autochtones de la région. Le projet vise à informer autant de personnes que possible sur le VIH et le sida.

Grâce à ses activités d’approche et ses ateliers offerts lors d’évènements à travers la région, ainsi qu’à ses interventions dans les écoles et les collectivités, le Projet de lutte contre le VIH/sida ne cesse de prospérer. Il a tissé des liens solides avec NunatuKavut (la nation des Métis du Labrador) et d’autres réseaux locaux dans le but d’élaborer un programme de prévention. Le Projet de lutte contre le VIH/sida se consacre à augmenter le niveau de confort des participants par rapport à des discussions sur la sexualité et l’usage de drogues tout en les mettant en contact avec le large éventail de services offerts par le Friendship Centre.

www.lfchvgb.ca
sdiamond@lfchvgb.ca
709.896.5144

 

Vancouver Native Health Society

De la rue, ce modeste édifice gris passe facilement inaperçu, mais la Vancouver Native Health Society (VNHS) est devenue un centre de soutien pour les Autochtones. Établi dans le quartier Eastside en 1991, cet organisme solide et réputé fournit des soins de première ligne à plus de 1 500 personnes séropositives, dont plusieurs sont aux prises avec des problèmes de toxicomanie, de sans-abrisme, de santé mentale et de pauvreté. Privilégiant une approche holistique, la VNHS utilise la roue médicinale pour aborder la vie complexe de ses clients.

Le programme Positive Outlook à l’intention des personnes séropositives propose des activités qui tiennent compte des besoins ­physiques, spirituels, psychologiques et émotionnels des participants et leur permettent de tisser des relations de confiance avec les ­services de santé.

Tous les mercredis, plus de 50 femmes se réunissent autour d’un repas équilibré pour une conversation animée. Ce programme offre également une aire de jeux pour les enfants, des coupes de cheveux, des manucures et des vêtements gratuits. Un autre bel exemple de réussite est the Dudes’ Group qui offre aux hommes un endroit unique où ils peuvent partager leurs histoires et les leçons qu’ils en ont tirées autour d’un repas. Le groupe se réunit un jeudi sur deux et attire près de 60 clients. Des soins de santé primaires sont offerts à toutes les personnes participant à ces groupes.

Le personnel de la VNHS démontre un profond respect pour les ­cultures autochtones. Une halte-accueil, une banque alimentaire, du counseling, un programme pour aider les personnes séro­positives à respecter leur horaire de prise de médicaments ainsi que des médecins, des infirmières et des travailleurs sociaux sur place permettent aux clients d’obtenir ce dont ils ont besoin dans un endroit auquel ils font confiance.

www.vnhs.net
604.254.9949

 

Foyer pour femmes autochtones de Montréal

Le Foyer pour femmes autochtones de Montréal offre un abri et des services de soutien aux femmes autochtones et leurs enfants depuis 1987. Dans le cadre de ses services en constante évolution, le foyer a créé le Projet de santé holistique, un programme de soutien destiné aux femmes touchées par le sans-abrisme, le commerce du sexe, le VIH, la consommation de drogues et la violence familiale, et qui est accessible à toutes les femmes autochtones, quel que soit leur statut. Parmi ses activités, le programme offre un projet de courtepointe conçu pour sensibiliser et briser la stigmatisation liée au VIH, ainsi que des séances avec des Aînés autochtones qui enseignent des valeurs traditionnelles sur la santé. « Le projet est vraiment axé sur la recherche d’un équilibre entre les quatre aspects de la santé — spirituel, émotionnel, physique et mental », affirme Carrie Martin, la chef de projet.

Le foyer offre une clinique sur place, qui comprend des tests de dépistage du VIH, de l’hépatite C et d’autres infections transmissibles sexuellement (ITS). Lorsqu’une femme reçoit un diagnostic positif, Carrie l’aide à trouver des soins médicaux dans une clinique locale. Le projet offre aussi des ateliers sur le VIH, l’hépatite C et les ITS, ainsi que des cercles de parole sur les accoutumances destinées aux femmes qui consomment des drogues.

www.nwsm.info
514.933.4688 / 1.866.403.4688

Les personnes autochtones vivant avec le VIH peuvent aussi contacter le Centre d’amitié autochtone de Montréal.

www.nfcm.org / 514.499.1854