Vision positive

hiver 2013 

Pause-Jasette : Avez-vous de l’encre?

4 personnes vivant avec le VIH parlent de leurs tatouages

Entrevues par RonniLyn Pustil et Véronique Destrubé

Robert MacLeod

Robert MacLeod, 36 ans

Halifax
Vit avec le VIH depuis 8 ans
Poste : Technicien de laboratoire médical

Combien de tatouages avez-vous?
Des centaines.

Pourquoi un si grand nombre?
Les tatouages sont ma passion, ma vocation et mon obsession. Chacun d’entre eux a sa raison d’être.

Quelles sont quelques-unes de ces raisons?
Chaque tatouage représente une source d’inspiration unique. Lorsqu’il arrive quelque chose de significatif dans ma vie, j’ajoute un nouveau tatouage pour représenter cet événement. De cette façon, je me souviendrai toujours de ce moment précis.

Quelle est l’histoire derrière ces tatouages?
Ma peau constitue une toile de la vie illustrant mes expériences. L’histoire de ma vie est gravée dans les lignes et les ombres. Je suis né nu et hurlant, attendant que ma vie s’écrive sur ma peau. Le lien dépasse de loin la création provenant d’une aiguille et de l’encre : il s’agit de l’art, de l’expression et du partage.

Comment est-ce que les gens réagissent à ces tatouages?
Les réactions sont mitigées. La première impression que je donne au monde n’est pas un portrait fidèle de qui je suis : les gens croient que je viens de sortir de prison ou que je suis un voyou. Je profite au contraire d’une vie professionnelle réussie. Mais la plupart des réactions sont positives. Les gens me dévisagent souvent et veulent toujours savoir pourquoi j’ai tellement de tatouages. Je ne me sens pas le besoin de justifier d’une façon quelconque pourquoi j’en ai tellement. Les tatouages représentent tout simplement ma passion, et j’en suis fier.

Est-ce que vous pensez vous en faire d’autres?
Absolument! Au fur et à mesure que l’histoire de ma vie continue de s’écrire, il surviendra des moments et des événements importants à représenter. Dans plusieurs années, lorsque l’histoire de ma vie sera terminée, elle existera pour toujours, dépeinte en encre permanente.

 

Mike O'Shaughnessy

Mike O’Shaughnessy, 40 ans

Vancouver
Vit avec le VIH depuis 8 ans
Poste : Technicien de soutien en matière de TI et écrivain

Combien de tatouages avez-vous?
Plusieurs, sur mon haut du corps.

Pourquoi est-ce que vous les avez faits?
Au début, je les ai faits comme repères pour me rappeler des événements spécifiques. Maintenant, ils servent de moyen de redéfinir la façon dont on me voit et dont je me vois moi-même. En fait, je dessine la personne et la vie que je désire sur ma propre peau.

Quelle est l’histoire derrière ces tatouages?
Chaque tatouage s’est inspiré de quelque chose d’important pour moi, quelque chose de beau ou une expérience marquante de ma vie.

Le premier est une petite rune, un mot qui veut dire « clairvoyant ». Cette image est tatouée sur mon cœur pour me rappeler de rester fidèle à moi-même.

Le tatouage sur mon dos, créé à l’aide d’un stylisme tribal, fait allusion aux ailes, représentant l’envol et la liberté et, par leur extension sur la partie supérieure de l’arrière de mes bras, la protection. L’image a ensuite été prolongée sur la partie supérieure de ma poitrine et jusque dans la région des manches des deux bras.

Le tatouage le plus récent consiste en un ensemble de lettres — LJ, les initiales d’un homme que j’ai beaucoup aimé, Petit Jean. J’ai commandé ce tatouage lorsqu’il mourrait du sida à l’hôpital en 2005. Lors de la dernière véritable conversation que j’avais avec lui, je lui ai pris la main, car il était presque aveugle à ce moment-là; j’ai tracé les lettres à l’aide de ses doigts, en lui expliquant qu’il ferait, pour l’éternité, partie de ma peau, et donc de moi. Il est mort deux jours plus tard.

Comment est-ce que les gens réagissent à ces tatouages?
Souvent, ils ont une idée faussée de qui je suis.

Franchement, c’est utile en tant qu’homme gai. Parfois, lorsque je me promène tard le soir, les gens voient un type couvert de tatouages, le crâne rasé, barbu, vêtu de jean et chaussé de bottes. C’est facile d’en rester là, et je suis laissé en paix. Dans d’autres cercles, les gens considèrent que mes tatouages sont jolis et vifs. Ceux qui s’approchent de moi pour en parler sont souvent surpris et étonnés de la clarté et de la profondeur de la couleur et de l’idée générale de conception cohérente. Parmi les hommes gais, c’est souvent un prétexte pour me toucher les bras (rires).

Est-ce que vous pensez vous en faire d’autres?
Un jour, j’aimerais me faire tatouer les jambes avec une image évoquant la terre. On devient accro des tatouages!

 

Catherine

Catherine, 34 ans

Montréal
Vit avec le VIH depuis 12 ans
Poste : Travailleuse autonome

Combien de tatouages avez-vous?
J’en ai un.

Quelle est l’histoire derrière ce tatouage?
Je me suis fait une très bonne amie qui vient des Bahamas; on est comme des sœurs aujourd’hui. Comme on dit, on est « des sœurs par choix »; on est toutes les deux transsexuelles. Quand j’étais chez elle aux Bahamas il y a quatre ou cinq ans, on s’est fait le même tatouage : un papillon. Pour moi, c’est le symbole de la transsexualité. Il est situé sur le sein gauche. Quand je suis en décolleté, on peut le voir (rires).

Est-ce que vous pensez vous en faire d’autres?
Je pense en faire un autre, sur le bras. Moi, je suis pas mal activiste au niveau trans et je suis fière de l’être. Il y a un logo trans avec la flèche par en haut, la croix par en bas — un symbole femme/homme qui est un mélange des deux. J’en ai trouvé un sur Internet qui est super beau, fait de manière celtique. C’est lui que je veux me faire tatouer, car je dois être fière de ma transsexualité et accepter de la vivre.

Je vais peut-être le faire cet hiver. Comme je déteste la douleur, il me faudrait une très bonne raison pour avoir d’autres tatouages!

 

Kyle Vose

Kyle Vose, 40 ans

Toronto
Vit avec le VIH depuis 10 ans
Poste : Militant contre le sida et la pauvreté

Quelle est l’histoire derrière ce tatouage?
J’ai toujours voulu avoir un tatouage lorsque j’étais plus jeune, mais j’ai grandi dans une famille religieuse, et on m’avait dit que c’était mal. Lorsque j’ai affirmé mon identité sexuelle, on m’a privé de ma religion. J’ai donc obtenu mon premier tatouage il y a environ 11 ans.

Combien de tatouages avez-vous?
Dix. Mon premier était un dragon volant cracheur de feu avec du sang qui sortait de ses griffes. J’en ai obtenu un autre sur mon bras dessiné dans une écriture hébraïque—chai, le mot hébraïque pour « vie ». Sur mon dos, j’ai deux tatouages que j’ai faits pour mes enfants : l’un est en forme de cœur avec leur nom à l’intérieur et l’autre est l’image d’une petite carte de l’Équateur, d’où vient leur mère. J’ai également un tatouage tribal sur mon dos. De mon bassin jusqu’à mon nombril, j’ai une image tribale-florale avec deux chardons qui s’en étendent. Les fleurs symbolisent la vie, mais les chardons signifient que si vous me traitez de la mauvaise manière, je vous ferai du mal.

Est-ce que vous regrettez d’avoir fait certains d’entre eux?
Un de mes tatouages est la cause de mon infection au VIH et à l’hépatite B. Je sais que je ne peux pas blâmer l’autre. Je m’étais fait tatouer chez quelqu’un qui était en train d’apprendre l’art du métier. Vous devez connaître les risques lorsque vous vous lancez dans un projet. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que quelqu’un d’autre vous protège lorsque c’est à vous de vous protéger. Je me suis retrouvé à l’hôpital exactement trois semaines après avoir acquis ce tatouage; donc, j’ai supposé que celui-là en était la cause.

Est-ce que vous voulez vous débarrasser de ce tatouage?
Ce tatouage est un jardin — parfois lorsque vous plantez quelque chose, il se peut que vous n’obteniez pas exactement ce à quoi vous vous attendiez. Je suis très spirituel; ainsi, il se peut, selon moi, que ce tatouage m’ait été accordé pour une raison particulière. Vu que commettre des erreurs, c’est un vice humain commun, pourquoi est-ce que je devrais me battre à cause de cela? Je vais en tirer profit : ce tatouage me servira de tremplin plutôt que de soutien.

Comment est-ce que les gens réagissent à ces tatouages?
Les tatouages hébraïques provoquent le plus de réactions. J’ai failli perdre un emploi parce que j’avais offensé une personne orthodoxe avec mes tatouages hébraïques. Et beaucoup de monde m’en demande la signification. Cela me laisse généralement la possibilité de faire des interventions de proximité dans le contexte de ce que je fais dans la vie.

Est-ce que vous avez des conseils pour les personnes qui veulent se faire tatouer?
Si vous vous faites tatouer pendant une relation, ayez un plan de secours au cas où cela ne marcherait pas. Vous devez être en mesure de trouver des solutions créatives si le couple ne survit pas.

Est-ce que vous pensez vous en faire d’autres?
J’aimerais en obtenir au moins un ou deux de plus. À l’âge de 22 ans, j’étais atteint de la maladie de Hodgkin. Ce fut un pénible combat, mais j’y ai survécu. Après cela, j’ai eu le VIH et l’hépatite B. Ensuite, j’ai eu une crise cardiaque; les médecins ne croyaient pas que j’allais m’en remettre. Je suis diabétique aujourd’hui. C’est incroyable que je sois toujours là. C’est pourquoi je veux me faire tatouer sur ma cheville l’image d’une main qui symbolise quelqu’un ou quelque chose qui me retient à la terre, pour me maintenir ici dans ce monde. Il me reste encore du travail à faire — d’après moi, ce n’est pas encore mon heure de partir.

 

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.