Vision positive

printemps 2008 

Nouvelles du front : Que se passe-t-il dans les organismes de lutte contre le sida (OLS) du pays?

RÉGION DU PACIFIQUE

De nouvelles initiatives communautaires encouragent les femmes séropositives à devenir des leaders

Malgré les excellents services qui sont offerts aux femmes séropositives de Colombie-Britannique, les occasions pour ces femmes de jouer un rôle de leader au sein de leur communauté ont été plutôt rares… jusqu'à maintenant.

Deux nouvelles initiatives communautaires — Positive Advocacy Project of British Columbia (PAPBC) et SAHWANYA pour les femmes africaines vivant avec le VIH — ont été mises sur pied par des femmes séropositives pour des femmes séropositives.

PAPBC
Rejeton du Positive Women’s Network (PWN) de Vancouver, le PAPBC a été créé en réaction à la grande diversité des membres du PWN et à la nécessité de plus en plus évidente de former un comité composé exclusivement de femmes séropositives. « Le PWN s’efforce de répondre aux besoins des femmes selon le stade où chacune en est dans sa vie », affirme Margarite Sanchez, membre du conseil d’administration du PWN.

Parmi les membres du PAPBC, on compte des femmes autochtones, de nouvelles immigrantes, des femmes de milieu urbain comme de milieu rural, des femmes du Nord et de l’intérieur de la province et des femmes de l’île de Vancouver. Le PAPBC a récemment achevé un projet chapeauté par Mme Sanchez : l’évaluation, par les clients, de la Oak Tree Clinic, un centre spécialisé dans le traitement du VIH œuvrant auprès des femmes, des enfants et des familles. L’objectif à long terme du PAPBC est de créer une communauté de leaders en offrant aux femmes séropositives diverses occasions de formation et de mentorat. Toute femme souhaitant devenir membre du PAPBC est la bienvenue, et les réunions sont confidentielles. Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec le PWN, en écrivant à pwn@pwn.bc.ca ou en composant le 1.866.692.3001.

SAHWANYA
L’initiative SAHWANYA est gérée par et pour les femmes africaines séropositives du Lower Mainland, en Colombie-Britannique. Le groupe s’est réuni pour la première fois en juin 2007. Lorsqu’elle a appris d’un médecin que des femmes africaines séropositives mouraient à Vancouver, non parce qu’elles n’avaient pas accès aux traitements anti-VIH mais à cause de l’isolement, Jeanne Nzeyimana a décidé de créer un groupe pour leur venir en aide. « À cause de la pauvreté, de la maladie, des barrières linguistiques et de la stigmatisation dont elles sont victimes dans leur communauté, les immigrantes et les réfugiées ont beaucoup de difficulté à s’intégrer », explique Mme Nzeyimana. Pour les femmes nouvellement immigrées au Canada qui ne maîtrisent pas l’anglais, l’accès aux services s’avère souvent difficile.

Grâce au soutien de AIDS Vancouver, du PWN, de la Oak Tree Clinic et de la Bridge Clinic (qui fournit des services de soins aux nouveaux arrivants), les membres de l’initiative SAHWANYA se réunissent tous les deux mois à l’occasion d’une Cuisine collective, où elles se rendent accompagnées de leurs enfants pour cuisiner et manger ensemble. Parce qu’elles disposent désormais d’un endroit sûr où se rencontrer, elles peuvent s’apporter soutien et réconfort, apprendre les unes des autres et discuter de préoccupations communes, telles que les traitements, la manière d’annoncer leur séropositivité à leurs enfants et les moyens à prendre pour prévenir la transmission du VIH dans leur communauté. Les membres s’entraident également en agissant à titre d’interprètes les unes auprès des autres lors de leurs rendez-vous médicaux respectifs.

Pour en savoir plus, écrivez à sahwanya_ck@yahoo.com ou composez le 1.778.998.2692.

RÉGION DES PRAIRIES

Un mode de prestation des services axé sur la diversité

Comme toutes les régions du Canada, les Prairies doivent relever certains défis en matière de financement et de personnel. De nombreux OLS relèvent les défis liés à l’accroissement de la population immigrante et réfugiée en s’associant à des entreprises de traduction et à des organismes à vocation ethnoculturelle. Lors de la conférence « Faces of HIV/AIDS in Manitoba — Past, Present and Future », les conférenciers invités ont traité principalement des questions liées à la diversité dans le contexte des soins, notamment l’approche à suivre pour aborder les clients musulmans en respectant leurs différences culturelles. Afin de mieux servir ses clients hispanophones, le Nine Circles Community Health Centre recourt maintenant au service d’interprètes.

Dans les Prairies, le mode de prestation des services est étroitement lié au fait que la région s’étend sur un territoire très vaste. De plus, comme la densité de la population diminue à mesure qu’on monte dans le Nord, les ressources nécessaires aux services en font autant. Face à ces défis, des fournisseurs de services et des défenseurs des droits des PVVIH représentant 13 organisations du Manitoba et de la Saskatchewan se sont réunis afin de discuter des moyens à prendre pour assurer un partage optimal des ressources et mettre à profit l’expertise collective. Le Manitoba et la Saskatchewan hébergent certaines des plus imposantes communautés des Premières nations et populations métisses, de même qu’un nombre grandissant d’Inuits. Aussi, les discussions sur les meilleures pratiques en matière de prestation de services dans les régions géographiquement vastes ont-elles mené à la reconnaissance du rôle important que jouent les leaders et fournisseurs de services autochtones dans ces régions.

Pour en savoir plus au sujet du réseau, communiquez avec Melisa Egan, en écrivant à megan@catie.ca ou en composant le 1.800.263.1638, poste 261.

ONTARIO

De nouveaux services et programmes

La Toronto People with AIDS Foundation (TPWAF) a fait deux ajouts à sa gamme de services : un service d’interprétation et un programme à l’intention des personnes âgées. Grâce à un partenariat avec les Multilingual Community Interpreter Services (MCIS), TPWAF offrira des services d’interprétation sur place dans plus de 85 langues et dialectes, dont les usagers pourront se prévaloir en personne ou au téléphone. Le nouveau programme intitulé « Positive Seniors Fund » s’adresse aux personnes de 65 ans et plus. Pour en savoir plus, visitez www.pwatoronto.org ou communiquez avec Pamela Beavis au 1.416.506.8606, poste 630.

Le AIDS Committee of London a mis sur pied de nouveaux programmes novateurs ayant pour but d’aider les personnes vivant avec le VIH/sida (PVVIH) des régions rurales à accéder aux services. Ces programmes comprennent un volet intitulé « SHARE » (Stories of HIV & AIDS Related Experiences) qui favorise le partage d’expériences personnelles se rapportant au VIH/sida, ainsi qu’un programme de bénévolat pour les pairs vivant avec le VIH/sida et une initiative axée sur la création de ressources Internet permettant de soutenir l’apprentissage en ligne. Pour en savoir plus, consultez le www.aidslondon.com ou composez le 1.519.434.1601.

AIDS Thunder Bay (ATB) a prolongé sa campagne « Positive Prevention ». ATB a présenté un atelier spécial ouvert au public sur la santé et le logement et a pris la décision d’embaucher trois nouveaux employés : un professionnel spécialisé dans le soutien de première ligne et l’intervention auprès des utilisateurs de drogues injectables (UDI), un responsable du service d’éducation et une infirmière praticienne spécialiste de l’hépatite C. Pour en savoir plus, consultez le www.aidsthunderbay.org ou composez le 1.807.345.1516.

Le AIDS Network de Hamilton a lancé récemment une nouvelle série d’affiches et tenu, le 23 février dernier, son deuxième gala des Oscars intitulé « Play It Again Sam ». Un atelier de deux jours sur la recherche communautaire et le transfert des connaissances s’adressant aux PVVIH sera présenté en partenariat avec l’Université McMaster les 9 et 10 avril. Pour en savoir plus, consultez le www.aidsnetwork.ca ou composez le 1.905.528.0854.

L’Ontario AIDS Network (OAN) a lancé le cours Leadership niveau III en janvier et offrira à nouveau la formation « Compétences en leadership » niveau II en avril et niveau I en juin. Pour en savoir plus sur le contenu des cours actuels et des cours offerts en permanence, veuillez consulter le www.ontarioaidsnetwork.on.ca.

QUÉBEC

Un premier Institut d’apprentissage axé sur l’accroissement des connaissances en matière de traitement

Les 5 et 6 mars 2008, 20 travailleurs et bénévoles d’organismes de lutte contre le sida se sont réunis à l’occasion de l’« Institut d’apprentissage en info-traitements VIH », un événement organisé conjointement par CATIE et la COCQ-Sida qui a eu lieu à l’Hôtel Sheraton de Montréal.

Ce premier Institut d’apprentissage en sol québécois avait pour principal objectif d’accroître les connaissances des participants en matière d’essais cliniques et de pharmacologie fondamentale et de les préparer ainsi à tirer le maximum de leur participation prochaine à la 8e édition des « Journées québécoises VIH ». Lors de la séance d’ouverture, AIDES, la plus importante organisation française de lutte contre le VIH/sida, a présenté un exposé sur le travail qu’elle accomplit en matière d’info-traitements VIH et de défense des droits des PVVIH en France. L’Institut d’apprentissage s’est achevé sur un aperçu de la conférence à venir.

Les médecins Mark Wainberg et Jean-Guy Baril ont donné le coup d’envoi de la 8e édition des Journées québécoises VIH avec une discussion interactive animée par Lyse Pinault, directrice générale de la COCQ-Sida. Ils ont discuté d’une importante recherche rendue publique lors de la Conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes de 2008. Au cours des deux jours suivants, des conférences traitant d’épidémiologie, de science fondamentale, de prévention et de recherche clinique sur le VIH et l’hépatite C ont été présentées du point de vue de la pratique clinique québécoise.

Les participants à l’Institut d’apprentissage et aux Journées québécoises VIH ont vécu une expérience d’apprentissage intense et enrichissante qui a leur permis de recueillir de l’information importante sur le traitement du VIH, qu’ils pourront ensuite faire circuler dans leurs communautés respectives aux quatre coins du Québec. Les organisateurs de l’Institut d’apprentissage, CATIE et la COCQ-Sida, estiment avoir réussi leur pari en fournissant aux membres de la communauté québécoise de l’information à jour sur le traitement du VIH et la transmission de la maladie. Les deux organismes prévoient d’ailleurs offrir un autre Institut d’apprentissage quelques jours avant le 14e Symposium sur les aspects cliniques de l’infection par le VIH qui se tiendra à la fin novembre.

Pour en savoir plus, veuillez communiquer avec Michael Bailey, en écrivant à mbailey@catie.ca ou en composant le 1.800.263.1638, poste 260.

RÉGION DE L’ATLANTIQUE

La première réunion officielle du RAAN de Charlottetown se tiendra en mai prochain

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont accordé à CATIE des fonds qui lui permettront d’organiser la première réunion officielle du Regional Atlantic AIDS Network (RAAN), qui se tiendra à Charlottetown, à l’Île-du-Prince-Édouard, en mai 2008. Il s’agit d’un événement d’importance majeure puisque la région de l’Atlantique est, de toutes les régions du Canada, la seule qui ne dispose pas encore d’un réseau communautaire VIH/sida. La possibilité de créer un tel réseau a été étudiée lors d’une réunion spéciale qui a eu lieu en mars 2007 et à laquelle ont participé 17 représentants d’organismes de lutte contre le sida de l’Atlantique. Il est ressorti de cette réunion animée par des membres de l’équipe de CATIE qu’un réseau communautaire VIH/sida permettrait de :

  • aider les membres à partager leurs connaissances et leur expertise;
  • renforcer la capacité d’intervention de la région de l’Atlantique en matière de VIH/sida;
  • assurer une continuité et élaborer des projets régionaux communs;
  • renforcer la capacité des PVVIH à assumer le rôle de leaders;
  • améliorer la communication et développer une vision commune de la prévention, du traitement et du soutien;
  • fournir un soutien par les pairs professionnels.

Parmi les OLS des quatre provinces de l’Atlantique qui feront partie de ce réseau, on compte les suivants :

Chaque OLS peut désigner deux personnes pour siéger au RAAN : le directeur ou la directrice général/e (ou un autre employé délégué) et une PVVIH travaillant pour l’OLS à titre d’employé ou de bénévole.

Pour en savoir plus, communiquez avec Thomas Egdorf, en écrivant à tegdorf@catie.ca ou en composant le 1.800.263.1638, poste 230.

Travaillez-vous dans le domaine du VIH ou de l’hépatite C?
Veuillez remplir un court sondage pour donner votre rétroaction sur CATIE et votre nom pourra être inscrit à un tirage pour gagner une carte-cadeau.